____________________________  FORUM______________________________

     Forum publie des analyses, idées et points de vue sur l’éducation qui n’engagent que leurs auteurs  

____________________________________________________________________________________________________

  Le mot du Président

 

L’Education  aujourd’hui:   Défi national et  Enjeu mondial

AIDEC est une organisation internationale à but non lucratif  visant à aider les institutions de formation, les collectivités locales et régionales ainsi que les Etats à développer leurs capacités en vue de promouvoir l’accès universel à l’éducation pour tous et  la qualité de l’enseignement.

En effet malgré une prise de conscience universelle et d’efforts évidents, enclenchés par la première Conférence Mondiale de Jomtien (Thaïlande) en 1990,  et le Forum Mondial de Dakar en 2000, on reste encore loin des objectifs fixés pour 2015. Beaucoup d’engagements ont été pris mais les réalisations  demeurent bien en deçà des besoins et des espérances.

Là où l’éducation n’est pas admise comme priorité et droit humain fondamental, règnent encore le sous-développement, la pauvreté, le désespoir de la jeunesse et inévitablement, instabilité, révoltes et  violence pour ne citer que cela. De nombreux pays d’Afrique, du Monde arabe, du Sud-Est Asiatique et d’Amérique centrale ont encore beaucoup d’efforts à faire dans ce sens.  Mais de l’autre côté, dans l’hémisphère Nord, l’éducation est aussi un  problème majeur.

Diplômés en chômage, jeunes peu préparés à l’emploi, dérèglement structurel, crise de croissance, baisse des budgets, compression du personnel enseignant, violence urbaine, sont aussi les maux de nombreux  pays  développés. Dans tous les cas de figure la problématique de l’éducation conditionne l’avenir de tous les pays quelque soit leur niveau socio-économique. L’éducation est un perpétuel recommencement pour la conquête du progrès. Une mission d’éveil permanente d’innovation, d’adaptation et de changement.

Qu’il s’agisse de rattraper les retards en matière de développement, de procéder à d’impérieuses  réformes économiques, sociales ou culturelles, de promouvoir la recherche, l’innovation et la créativité, de lutter contre la violence, l’intolérance et de promouvoir les valeurs humaines fondamentales, l’éducation reste et restera le cadre incontournable pour ce faire. Mais on sait aussi que l’éducation en tant que conception et processus de mise en œuvre de projets économiques, sociaux, culturels, politiques ou même personnels, exige une démarche  interdisciplinaire complexe, longue  et difficile à élaborer, à mettre en place, à évaluer et éventuellement à réajuster.

Les résultats éducatifs ne sont pas un produit industriel et leur impact n’est pas aussitôt mesurable. La raison est  que  l’école, le lycée ou l’université ne sont pas des entreprises comme on serait tenté de le croire. C’est pour cette raison que  la modernisation des systèmes d’éducation, leur adaptation aux réalités d’aujourd’hui, la qualité de la formation prodiguée et leur performance ne peuvent se faire sans des engagements politiques clairs, une vision stratégique à long terme et une projection sur l’avenir au double plan national et mondial.

La coopération, les échanges d’expériences, les bonnes pratiques réussies ailleurs sont aujourd’hui plus que jamais un facteur accélérateur du progrès, un gain de temps précieux et un enjeu de la solidarité internationale pour la stabilité et la paix. C’est une autre façon de construire la mondialisation. Voulue, maîtrisée et non guère subie.

 

                                                                               Kacem Bensalah, 

                                                           Conseiller en politiques et stratégies de l’Education,

                                                                           Ancien Directeur à l’UNESCO

                                                                                     Mars, 2013